European Review of Private Law

Volume 26 (2018)

Volume 26 (2018) / Issue 4

Matti Urho, 'Compensation for Drug-Related Injuries' (2018) 26 European Review of Private Law, Issue 4, pp. 467–513

Abstract

Abstract: The purpose of this article is to answer the following question: What are the qualifications required of a viable compensation scheme for drug-related injuries in the future? To answer this question the no-fault systems in four Nordic states are examined and compared to other systems fully or partially arranged on no-fault principles in Europe and outside Europe. Sweden, Norway, Denmark and Finland all operate similar no-fault schemes with minor differences. (The fifth Nordic Country, Iceland, is not operating a separate drug insurance scheme, but drugs are dealt under the general product liability regulations and that is why Iceland is not discussed in this context.) These schemes have helped avoid expensive and time-consuming court proceedings usually required when liability law is applied. By examining especially the viability and qualifications of the Finnish compensation scheme operated over the past 30 years some key qualifications for an optimal scheme can be identified. The conclusions drawn then are that this kind of a no-fault compensation system could well be recommended across the EU for an alternative mechanism for resolving drug-related injury compensation cases. For a future compensation model the author proposes a mix of the Nordic, the Japanese and the French models.

Résumé: L’objectif de cet article est de répondre à la question suivante: Quelles sont les qualifications requises d’un régime viable d’indemnisation pour blessures liées à l’usage de médicaments dans l’avenir? Pour répondre à cette question, nous examinons les régimes basés sur l’absence de faute dans quatre pays nordiques et les comparons à d’autres systèmes entièrement ou partiellement basés sur des principes d’absence de faute en Europe et à l’extérieur de l’Europe. La Suède, la Norvège, le Danemark et la Finlande utilisent tous des principes similaires d’absence de faute, avec des différences minimes. Ces régimes ont permis d’éviter les procédures judiciaires coûteuses et longues qui sont généralement nécessaires en cas d’application du droit de la responsabilité. En examinant spécialement la viabilité et les qualifications du régime finlandais d’indemnisation appliqué pendant 30 ans, on peut identifier quelques qualifications- clé pour un régime optimal. Selon les conclusions qui ont pu alors être tirées, cette sorte de régime d’indemnisation basé sur l’absence de faute pourrait être préconisé à travers l’Europe comme mécanisme alternatif permettant de résoudre les cas d’indemnisation de blessures liées à l’usage de médicaments. Pour des modèles futurs d’indemnisation, l’auteur propose une combinaison des modèles nordique, japonais et français.

Copyright © 2018 Kluwer Law International
All rights reserved

ISSN: 0928-9801
ID: ERPL2018034