European Review of Private Law

Volume 20 (2012)

Volume 20 (2012) / Issue 4

Maren Heidemann, 'European Private Law at the Crossroads: The Proposed European Sales Law' (2012) 20 European Review of Private Law, Issue 4, pp. 1119–1138

Abstract

Abstract: This paper discusses arguments in favour and against the legal basis of the Proposal for a Regulation of the European Parliament (EP) and the Council on a Common European Sales Law (CESL), published as COM(2011) 635 final of 11 October 2011. It considers the international private law as well as some individual substantive rules of both the Regulation and the actual Sales Law. Suggestions are made on how to adjust and complement this instrument in order to achieve what the European Union (EU) legislator is setting out to do and indeed what the legal and trading community, including consumers, need.

Central problems with the proposal are found to be the intended exclusive role of CESL in relation to existing transnational rules of international commercial contracts and the weakly identified reasons for there being separate regimes for consumers and merchants in the first place. Both consumer and commercial contracts have specific characteristics and requirements that need legislative attention within the EU and beyond but that have not been carved out sufficiently by legal doctrine yet. Further research into the contents of typical consumer and merchant contracts, both formal and substantive in nature, is therefore needed. A consolidated and possibly separate and mandatory consumer law for the Common Market could then be tailored in a more integrated and convincing way.

Résumé: Le présent article présente les arguments pour et contre du fondement juridique de la Proposition de Réglementation du Parlement Européen (PE) et du Conseil sur le Droit Commun Européen de la Vente (CESL), publiée sous les références COM (2011) 635 fin 11.10.2011. Il prend en considération le droit international privé ainsi que quelques régles particuliéres de droit substantiel du Réglement et de l'actuel Droit de la Vente. Des suggestions sont avancées sur la mani&eacutere d'ajuster et de compléter cet instrument dans le but d'achever ce que le législateur européen tente de faire et ce dont la communauté du droit et du commerce, y compris les consommateurs, a besoin.

Les problémes centraux posés par la Proposition sont le rôle exclusif voulu de la CESL par rapport aux régles transnationales existantes des contrats commerciaux internationaux et les raisons peu expliquées de séparer les régimes des consommateurs et des marchands en premier lieu. Les contrats concernant le consommateur et les contrats commerciaux ont chacun des caractéristiques et des exigences spécifiques qui nécessitent l'attention du législateur au sein de l'Europe et au-delá mais n'ont pas encore été suffisamment explicités par la doctrine juridique. Par conséquent, une recherche plus poussée sur le plan formel et substantiel á propos du contenu des contrats types relatifs au consommateur et au commerçant s'avére nécessaire. Un droit du consommateur consolidé, éventuellement séparé et impératif, pour le Marché Commun, pourrait être ainsi taillé sur mesure d'une maniére plus intégrée et convainvante.

Copyright © 2012 Kluwer Law International
All rights reserved

ISSN: 0928-9801
ID: ERPL2012067